Accéder au contenu principal

Comment compiler une application Java ?

Avant de pouvoir lancer une application développée en Java, il faut l’écrire, puis la compiler. L’écriture d’une application se fait généralement dans un Environnement de développement, mais peut également se faire dans n’importe quel éditeur de texte. En fonction de vos besoins et des outils que vous utiliserez, certains IDE sont mieux adaptés que d’autres. Voici dans l’ordre les IDE que j’utilise :
  • Eclipse : c’est de loin mon éditeur préféré. J’aime bien : la simplicité, l’auto-complétion, la compilation à la volée. Je n’aime pas : le support de Maven.
  • NetBeans : beaucoup plus lourd. J’aime bien : le support de Maven. Je n’aime pas : la lenteur.
  • Oracle JDevelopper : moins répandu, mais idéal pour le développement de JSF. J’aime bien : le support de JSF. Je n’aime pas : la lourdeur. 
  • Pour les développements sur BlackBerry, j’utilise également le JDE fourni par RIM qui est assez rudimentaire, mais qui suffit pour développer des applications. Il existe également un plugin Eclipse pour le développement d’applications BlackBerry, mais le JDE me convient parfaitement.

Commençons par le plus simple : la classe HelloWorld classique en Java.

En Java, le nom de la classe doit être le même que le nom du fichier, majuscules comprises. Dans ce cas, le nom de classe doit être HelloWorld.java.
 import java.io.*;  
 public class HelloWorld {  
         public static void main(String[] args) {  
                 System.out.println("Hello World");  
         }  
 }  

Cette classe ne contient qu’une seule méthode statique main qui contient le programme principal à exécuter.
Pour la compiler, exécutez la commande :

 javac HelloWorld.java  

Cette commande va générer un fichier compilé nommé HelloWorld.class.

Pour l’exécuter, lancez la commande

 java HelloWorld  

Ce principe de compilation est simple à utiliser lorsqu’il y a peu de fichier à compiler. Dès qu’il y a une arborescence et des librairies en plus il devient plus compliquer d’utiliser ce mode de compilation.

Pour créer un nouveau projet, il est préférable de stocker toutes les données nécessaires dans une arborescence. Celle-ci peut être soit 2 formes selon les écoles.

Les projets créés sous Eclipse supportent généralement la forme :
Nom du projet
   +src (contient l’arborescence du code source)  
   +lib (contient les librairies nécessaires à la compilation)  
   +bin (contient les classes générées)  

Les projets Maven ont une forme légèrement différente. Nous reviendrons sur l’utilisation de Maven qui est un outil permettant de compiler, packager et installer un projet. L’arborescence recommandée est :
Nom du projet
   +src (contient l’arborescence du code source)  
     +main  
      +java (contient le code source qui fera partie de l’application finale)  
     +test  
      +java (contient le code source utilisé pour tester l’application)  
   +lib (contient les librairies nécessaires à la compilation)  
   +bin (contient les classes générées)  

Je préfère de loin la première structure que j’utilise pour mes projets personnels, mais j’utilise la seconde pour les projets professionnels.

Les autres outils de « fabrication » les plus répandus sont :
  • Ant : utilise un fichier build.xml pour indiquer les actions à effectuer
  • Maven (2 ou 3) : utilise un fichier pom.xml qui contient des informations sur les librairies à utiliser, etc.
  • Gradle : est un mélange entre les 2 précédents outils. Il utilise l’arborescence de Maven et simplifie encore un peu le fichier build.xml d’Ant.
Une autre forme de compilation encore plus simple est d’utiliser celle fournie par les IDE tels qu’Eclipse ou NetBeans. Les 2 éditeurs fournissent la compilation à la volée qui permet de compiler le code dès que le fichier est sauvegardé. Cela permet de pouvoir lancer l’exécution juste après la sauvegarde. Il est également possible sous certaines conditions, de modifier le code pendant que l’application est exécutée en mode Debug. Les modifications sont prises en compte à la volée à condition que cela ne corresponde pas à une modification de méthode, à l’ajout d’un nouvel attribut ou à l’ajout d’une nouvelle classe.

Une fois compilée, l’application génère un certain nombre de fichiers «*.class» dans le répertoire «bin». Pour livrer une application finale, il faut regrouper ces classes dans un fichier «.jar» qui peut ainsi être distribué assez facilement. Il existe plusieurs moyens pour packager une application :
  • Depuis l’IDE, faire un export et n’indiquer que les fichiers à inclure dans le jar.
  • Avec les outils de fabrication
  • Avec launch4j qui inclus également toutes les librairies nécessaires au lancement de l’application

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Supprimer les partitions Raspberry sur une carte SD sous Windows 7 avec Diskpart

Si vous souhaitez récupérer une ancienne carte SD utilisée pour démarrer un Raspberry pour un autre usage (appareil photo, etc), il vous faudra supprimer les deux partitions créées au moment de l'écriture de l'image sur la carte SD. Vous pouvez voir les partition en sélectionnant Menu Windows/Ordinateur/bouton droit "Gérer". Voici un exemple du résultat final. Vous pouvez supprimer la partition Unix de 7 Gb (ou 4Gb en fonction de la taille de votre carte) en sélectionnant la partition puis en faisant "bouton droit Supprimer". Laissez juste une partition pour pouvoir faire les autres manipulations avec DISKPART. Démarrez l'outil DISKPART en ligne de commande. Une nouvelle fenêtre s'ouvrira. Microsoft DiskPart version 6.1.7601 Copyright (C) 1999-2008 Microsoft Corporation. Sur l'ordinateur : FRVILN0H305806 DISKPART> list disk   N° disque  Statut         Taille   Libre    Dyn  GPT   ---------  -------------  -------  -------  ---  ---   D

Comment lire son écran de téléphone Android sur PC (2)

Voici une nouvelle manière d'accéder à votre téléphone depuis votre PC. Cette méthode utilise le câble USB et Google Chrome. Elle fonctionne donc sur Windows, Mac et Linux. Les pré-requis sont les mêmes que ceux du billet précédent : Téléphone configuré en mode Développement Drivers USB installés sur le PC Google Chrome installé L'application Vysor s'installe comme une extension de Google Chrome. Cherchez dans le Webstore et lancez l'installation. Une fois installée, l'application apparaît dans les extensions. Vous pouvez la lancer de différentes manières. La manière la plus simple est d'ouvrir la fenêtre des applications : chrome://apps/ Une autre manière est de créer un raccourci en cliquant sur « Détails ». Ensuite créez un raccourci sur le bureau, le menu démarrer et/ou la barre de tâche. Vous pouvez également cliquer sur afficher dans la boutique et lancer l'application depuis la boutique. Une fois

Serveur d'impression CUPS sur Raspberry Pi

Je possède une très vieille imprimante laser HP Laserjet 6L noir et blanc de 12 ans d'age qui a survécu à plusieurs imprimantes jet d'encre couleurs tombées en désuétude pour obsolescence programmée. J'envisage tout de même sérieusement de les démanteler pour les recycler en CNC, graveur ou autre.   Je continue donc a utiliser cette bonne petite imprimante parallèle qui me rend bien des services (en 12 ans, j'ai changé le toner 3 fois pour un coût de 20 € la cartouche). J'ai donc dû m'équiper d'une adaptateur USB/Parallèle pour pouvoir la connecter sur un PC récent. Le problème principal est que le driver de cette imprimate n'est reconnu que par un seul de mes PC sous Windows 7. Les autres PC sous Windows 8 ou Windows 10 reconnaissent bien l'imprimante, mais sortent des feuilles avec le code Postscript. L'impression depuis une tablette ou un téléphone Androïd est également tout simplement impossible. Pour remédier à ce problème, j'ai don