Accéder au contenu principal

Emulateur Raspberry Pi sous Windows

Si vous souhaitez développer ou tester des applications pour Raspberry Pi, vous pouvez, soit compiler directement l'application sur Raspberry, soit la développer sous Linux ou Windows et la compiler pour Raspberry. La seconde solution est souvent plus simple car elle permet de disposer d'un environnement de compilation complet tel qu'Eclipse pour le développement. Une fois l'application développée, il faut la tester sur Raspberry. Là, il faut copier l'application en utilisant un client FTP ou SCP, puis se connecter en SSH et lancer l'exécutable.
Il existe un autre moyen de tester une application Raspberry sans avoir à l'allumer. Il suffit de passer par un émulateur tel que QEMU qui permet de lancer un OS pour processeur ARM sous Linux ou Windows.

L'émulateur sous Windows

1. Récupérez l'émulateur à l'adresse suivante : http://sourceforge.net/projects/rpi-emulator-win32/.
2. Dézippés le contenu de l'image Rpi-Occidentalis-v02-qemu.7z avec 7-zip.
3. Démarrez l'émulation en lançant run.bat

La configuration du Raspberry

Une fois la machine virtuelle démarrée, vous devrez la configurer la première fois. Pour faire une installation en français, commencez par changer la langue locale en ajoutant fr-FR et éventuellement fr-FR-UTF-8


Changez ensuite la configuration du clavier pour le passer en mode Azerty.
Faitez OK et Choisissez la disposition Française.
Autorisez le mode SSH, ce qui vous permettra de vous connecter avec Putty ou de transférer des fichiers sur la machine.
Choisissez ou non d'utiliser le mode graphique au démarrage. N'autorisez surtout pas l'utilisation des touches CTRL+ALT+BACKSPACE pour sortir du mode graphique, car les touches CTRL+ALT permettent à l'émulateur de redonner le contrôle souris et clavier à Windows.
Vous pouvez également définir le mot de passe. Utilisez en un qui vous permette de vous connecter aussi bien en AZERTY qu'en QWERTY pour éviter les surprises.
Si vous redémarre entre deux modifications de configuration vous pouvez relancer l'outil à tout moment à l'aide de la commande "raspi-config".

Utilisation en mode graphique

Une fois démarré en mode graphique ou en exécutant startx depuis la ligne de commande, vous retrouverez votre environnement graphique habituel.

Utilisation en mode ligne de commande

La machine virtuelle est pré-configurée pour rediriger le port 2222 vers le port SSH (22). Vous pouvez vous connecter avec Putty ou n'importe quel autre outils SSH en vous connectant sur "localhost:2222".

Quelle utilité?

L'émulateur vous permettra de tester assez simplement de nouveaux outils tant qu'ils ne font pas appels à des ressources physiques telles que les ports GPIO, le bluetooth, le Wifi, etc. Vous pouvez par exemple installer et tester un Asterisk, un serveur domotique, Java 8, etc. Cela vous permet ainsi de préparer une image sans avoir à la copier sur une carte SD, à démarrer le Raspberry, etc. Au final, il faudra quand même tester la solution sur le Raspberry, mais en phase de développement, vous aurez économisé beaucoup de temps.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Supprimer les partitions Raspberry sur une carte SD sous Windows 7 avec Diskpart

Si vous souhaitez récupérer une ancienne carte SD utilisée pour démarrer un Raspberry pour un autre usage (appareil photo, etc), il vous faudra supprimer les deux partitions créées au moment de l'écriture de l'image sur la carte SD. Vous pouvez voir les partition en sélectionnant Menu Windows/Ordinateur/bouton droit "Gérer". Voici un exemple du résultat final. Vous pouvez supprimer la partition Unix de 7 Gb (ou 4Gb en fonction de la taille de votre carte) en sélectionnant la partition puis en faisant "bouton droit Supprimer". Laissez juste une partition pour pouvoir faire les autres manipulations avec DISKPART. Démarrez l'outil DISKPART en ligne de commande. Une nouvelle fenêtre s'ouvrira. Microsoft DiskPart version 6.1.7601 Copyright (C) 1999-2008 Microsoft Corporation. Sur l'ordinateur : FRVILN0H305806 DISKPART> list disk   N° disque  Statut         Taille   Libre    Dyn  GPT   ---------  -------------  -------  -------  ---  ---   D

Comment lire son écran de téléphone Android sur PC (2)

Voici une nouvelle manière d'accéder à votre téléphone depuis votre PC. Cette méthode utilise le câble USB et Google Chrome. Elle fonctionne donc sur Windows, Mac et Linux. Les pré-requis sont les mêmes que ceux du billet précédent : Téléphone configuré en mode Développement Drivers USB installés sur le PC Google Chrome installé L'application Vysor s'installe comme une extension de Google Chrome. Cherchez dans le Webstore et lancez l'installation. Une fois installée, l'application apparaît dans les extensions. Vous pouvez la lancer de différentes manières. La manière la plus simple est d'ouvrir la fenêtre des applications : chrome://apps/ Une autre manière est de créer un raccourci en cliquant sur « Détails ». Ensuite créez un raccourci sur le bureau, le menu démarrer et/ou la barre de tâche. Vous pouvez également cliquer sur afficher dans la boutique et lancer l'application depuis la boutique. Une fois

Serveur d'impression CUPS sur Raspberry Pi

Je possède une très vieille imprimante laser HP Laserjet 6L noir et blanc de 12 ans d'age qui a survécu à plusieurs imprimantes jet d'encre couleurs tombées en désuétude pour obsolescence programmée. J'envisage tout de même sérieusement de les démanteler pour les recycler en CNC, graveur ou autre.   Je continue donc a utiliser cette bonne petite imprimante parallèle qui me rend bien des services (en 12 ans, j'ai changé le toner 3 fois pour un coût de 20 € la cartouche). J'ai donc dû m'équiper d'une adaptateur USB/Parallèle pour pouvoir la connecter sur un PC récent. Le problème principal est que le driver de cette imprimate n'est reconnu que par un seul de mes PC sous Windows 7. Les autres PC sous Windows 8 ou Windows 10 reconnaissent bien l'imprimante, mais sortent des feuilles avec le code Postscript. L'impression depuis une tablette ou un téléphone Androïd est également tout simplement impossible. Pour remédier à ce problème, j'ai don