Accéder au contenu principal

Test de Primefaces 4.0

La nouvelle version 4.0 de PrimeFaces est disponible en version candidate (RC1). J'ai principalement utilisé les versions 2.0.2 et 2.2.1 dans mes précédents projets. Je vais profiter de la nouvelle version pour montrer un exemple simple d'utilisation de PrimeFaces. Attention !!! Ne démarrez jamais de développement pour une version de production en vous basant sur une version en Release Candidate. N'utilisez que des versions stables.
PrimeFaces (http://www.primefaces.org/) est une suite de composants JSF qui permet de développer des applications Web en Java. La composition des pages se fait en utilisant des balises HTML un peu particulières et des JavaBeans sont utilisées côté serveur pour stocker les données. Le principal avantage est que la mise au point des pages Web peut être faite en modifiant les pages dynamiquement. La recompilation n'est nécessaire que lorsque les classes Java doivent être modifiées. L'inconvénient principal est qu'il y a beaucoup de XML à manipuler et que certaines erreurs ne se voient qu'en cours d'exécution.
Les prérequis pour cet exemple sont :

Création du projet dans Eclipse

Créez un projet Web dans Eclipse. Utilisez un Dynamic Web Project pour avoir la structure de répertoire adpatée pour un fichier War qui sera l'exécutable finale à déployer sous Tomcat.

Choisissez un nom de projet et configurez si nécessaire le serveur Tomcat à utiliser. Vous pouvez ne pas en spécifier un si vous préférez lancer Tomcat manuellement.
En selectionnant les Propriétés du projet, rajoutez le support de  Java Server Faces 2.2


Si la librairie JSF n'est pas déjà installée, cliquez sur le bouton download sur le côté pour télécharger la librairie JSF 2.2 Mojarra. Depuis JSF 2.1, un seul fichier jar (javax.faces.jar) est nécessaire pour le déploiement d'une application JSF. Vous pouvez également inclure la librairie dans le répertoire WEB-INF/lib.


La structure du projet est la suivante.

 Le fichier web.xml contient les informations pour le démarrage de l'application Web.

 <?xml version="1.0" encoding="UTF-8"?>  
 <web-app xmlns:xsi="http://www.w3.org/2001/XMLSchema-instance"   
            xmlns="http://java.sun.com/xml/ns/javaee"   
            xmlns:web="http://java.sun.com/xml/ns/javaee/web-app_2_5.xsd"   
            xsi:schemaLocation="http://java.sun.com/xml/ns/javaee http://java.sun.com/xml/ns/javaee/web-app_2_5.xsd"   
            id="WebApp_ID"   
            version="2.5">  
  <display-name>PrimeFaces</display-name>  
  <welcome-file-list>  
     <welcome-file>index.jsp</welcome-file>  
   </welcome-file-list>  
   <servlet>  
     <servlet-name>Faces Servlet</servlet-name>  
     <servlet-class>javax.faces.webapp.FacesServlet</servlet-class>  
     <load-on-startup>1</load-on-startup>  
   </servlet>  
   <servlet-mapping>  
     <servlet-name>Faces Servlet</servlet-name>  
     <url-pattern>*.jsf</url-pattern>  
   </servlet-mapping>  
 </web-app>  

Le fichier faces-config.xml contient les informations de navigation. Il peut être édité en mode XML ou en mode graphique (bouton droit + Open With + Faces Config Editor). Le mode graphique permet de visualiser la page qui sera affichée en fonction de la valeur renvoyée par l'application. Le fichier faces-config.xml peut également contenir la définition des ManagedBeans, mais dans notre cas nous utiliserons des annotations Java pour les identifier.

 <?xml version="1.0" encoding="UTF-8"?>  
 <faces-config xmlns="http://java.sun.com/xml/ns/javaee"  
  xmlns:xsi="http://www.w3.org/2001/XMLSchema-instance"  
  xsi:schemaLocation="http://java.sun.com/xml/ns/javaee http://java.sun.com/xml/ns/javaee/web-facesconfig_2_1.xsd"  
  version="2.1">  
 <navigation-rule>  
   <from-view-id>/login.xhtml</from-view-id>  
   <navigation-case>  
     <from-outcome>login</from-outcome>  
     <to-view-id>/login.xhtml</to-view-id>  
   </navigation-case>  
 </navigation-rule>  
 </faces-config>  

L'application de test n'inclut qu'une seule page pour simuler le login.

 <html xmlns="http://www.w3c.org/1999/xhtml"  
   xmlns:f="http://java.sun.com/jsf/core"  
   xmlns:h="http://java.sun.com/jsf/html"       
   xmlns:p="http://primefaces.org/ui">  
 <h:head>  
   <link type="text/css" rel="stylesheet" href="themes/bluesky/skin.css" />  
 </h:head>  
 <h:body>     
   <p:layout>       
     <p:layoutUnit position="center">   
          <center>  
               <p:panel header="Login Form" style="width: 350;">  
                 <h:form>  
                   <h:panelGrid columns="2" cellpadding="2">  
                     <h:outputLabel value="UserName"/>  
                     <h:inputText value="#{userManagedBean.username}" label="UserName"></h:inputText>  
                     <h:outputLabel value="Password"/>  
                     <h:inputSecret value="#{userManagedBean.password}"></h:inputSecret>  
                     <h:commandButton type="submit" value="Login" action="#{userManagedBean.login}"></h:commandButton>  
                   </h:panelGrid>  
                 </h:form>  
               </p:panel>  
               <div><h:messages id="username" ></h:messages></div>             
          </center>  
     </p:layoutUnit>   
   </p:layout>  
 </h:body>  
 </html>  

La page de login fait référence au ManagedBean UserManagedBean. Par convention de nommage, la variable écrite en minuscule "userManagedBean" fait référence à la classe du même nom commençant par une Majuscule "UserManagedBean". L'appui sur le bouton "Login" appelle la méthode Java correspondante.  La classe UserManagedBean est la suivante :

 import javax.faces.application.FacesMessage;  
 import javax.faces.bean.ManagedBean;  
 import javax.faces.bean.SessionScoped;  
 import javax.faces.context.FacesContext;  
 @ManagedBean  
 @SessionScoped  
 public class UserManagedBean  
 {  
   private String username;  
   private String password;  
   public String getUsername()  
   {  
     return username;  
   }  
   public void setUsername(String username)  
   {  
     this.username = username;  
   }  
   public String getPassword()  
   {  
     return password;  
   }  
   public void setPassword(String password)  
   {  
     this.password = password;  
   }  
   public String login()  
   {  
        System.out.println("Login = " + getUsername() + " " + "Password = " + getPassword());  
     if ("test".equals(getPassword())) {  
       FacesContext context = FacesContext.getCurrentInstance();  
       context.addMessage("username", new FacesMessage("Welcome " + getUsername()));  
       return "login";  
     }  
     else {  
       FacesContext context = FacesContext.getCurrentInstance();  
       context.addMessage("username", new FacesMessage("Invalid UserName and Password"));  
       return "login";  
     }  
   }  
 }  

Après la compilation du projet, exportez le fichier War, copiez le dans le répertoire tomcat/webapps et démarrez Tomcat. Après le déploiement du War, connectez vous dans un browser sur la page "http://localhost:8080/TestPrimeFaces4". Remplacez si nécessaire le port 8080 par celui configuré dans le fichier server.xml de votre Tomcat.
Saisissez un Username et un Password. Si la mot de passe est "test", le message "Welcome Test" est affiché. Dans le cas contraire, le message "Invalid Username and Password" est affiché.



J'ai également joint le code source du projet sous Eclipse.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Supprimer les partitions Raspberry sur une carte SD sous Windows 7 avec Diskpart

Si vous souhaitez récupérer une ancienne carte SD utilisée pour démarrer un Raspberry pour un autre usage (appareil photo, etc), il vous faudra supprimer les deux partitions créées au moment de l'écriture de l'image sur la carte SD. Vous pouvez voir les partition en sélectionnant Menu Windows/Ordinateur/bouton droit "Gérer". Voici un exemple du résultat final. Vous pouvez supprimer la partition Unix de 7 Gb (ou 4Gb en fonction de la taille de votre carte) en sélectionnant la partition puis en faisant "bouton droit Supprimer". Laissez juste une partition pour pouvoir faire les autres manipulations avec DISKPART. Démarrez l'outil DISKPART en ligne de commande. Une nouvelle fenêtre s'ouvrira. Microsoft DiskPart version 6.1.7601 Copyright (C) 1999-2008 Microsoft Corporation. Sur l'ordinateur : FRVILN0H305806 DISKPART> list disk   N° disque  Statut         Taille   Libre    Dyn  GPT   ---------  -------------  -------  -------  ---  ---   D

Comment lire son écran de téléphone Android sur PC (2)

Voici une nouvelle manière d'accéder à votre téléphone depuis votre PC. Cette méthode utilise le câble USB et Google Chrome. Elle fonctionne donc sur Windows, Mac et Linux. Les pré-requis sont les mêmes que ceux du billet précédent : Téléphone configuré en mode Développement Drivers USB installés sur le PC Google Chrome installé L'application Vysor s'installe comme une extension de Google Chrome. Cherchez dans le Webstore et lancez l'installation. Une fois installée, l'application apparaît dans les extensions. Vous pouvez la lancer de différentes manières. La manière la plus simple est d'ouvrir la fenêtre des applications : chrome://apps/ Une autre manière est de créer un raccourci en cliquant sur « Détails ». Ensuite créez un raccourci sur le bureau, le menu démarrer et/ou la barre de tâche. Vous pouvez également cliquer sur afficher dans la boutique et lancer l'application depuis la boutique. Une fois

Serveur d'impression CUPS sur Raspberry Pi

Je possède une très vieille imprimante laser HP Laserjet 6L noir et blanc de 12 ans d'age qui a survécu à plusieurs imprimantes jet d'encre couleurs tombées en désuétude pour obsolescence programmée. J'envisage tout de même sérieusement de les démanteler pour les recycler en CNC, graveur ou autre.   Je continue donc a utiliser cette bonne petite imprimante parallèle qui me rend bien des services (en 12 ans, j'ai changé le toner 3 fois pour un coût de 20 € la cartouche). J'ai donc dû m'équiper d'une adaptateur USB/Parallèle pour pouvoir la connecter sur un PC récent. Le problème principal est que le driver de cette imprimate n'est reconnu que par un seul de mes PC sous Windows 7. Les autres PC sous Windows 8 ou Windows 10 reconnaissent bien l'imprimante, mais sortent des feuilles avec le code Postscript. L'impression depuis une tablette ou un téléphone Androïd est également tout simplement impossible. Pour remédier à ce problème, j'ai don